AG EDF 2021 : question Alternatives à l’Arenh

Question posée par Energie en actions à l'AG EDF du 6 mai 2021 : Alternatives à l’Arenh

Pourquoi ne pas avoir envisagé de mettre en place des cofinancements avec des fournisseurs alternatifs (ou des industriels gros consommateurs) sous forme de participations dans des centrales nucléaires ?

Un tel dispositif de « contrats d’allocation de production », mis en place lors du développement du parc nucléaire d’EDF :
- bénéficie encore aujourd’hui à plusieurs électriciens européens.
- permettrait des contributions externes aux investissements du Grand Carénage, et à des concurrents de disposer de la production d’origine nucléaire en France, tout en leur faisant partager les risques, et assumer les coûts de l’exploitation des centrales, ce qui n’est absolument pas le cas avec l’ARENH actuel.

Texte complet de la question posée

Dans son référé S2017-3856 portant sur l'évaluation de la mise en oeuvre de l'accès régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH), la Cour des Comptes avait notamment souligné que les investissements des fournisseurs alternatifs dans des moyens de production de base pilotables étaient inexistants et qu’aucun contrat de long terme n’a permis à ces derniers de préparer la fin de l’ARENH après 2025, et formulé des recommandations.
Or force est de constater que les recommandations de la Cour des Comptes n’ont pas été suivies. De plus, la proposition gouvernementale de nouvelle régulation économique du nucléaire, que vous soutenez, ne nous semble pas pouvoir régler l’ensemble des défauts du dispositif Arenh, et imposerait l’isolement de la production nucléaire d’EDF et son retrait du marché européen.
Pourquoi ne pas avoir envisagé de mettre en place des cofinancements avec des fournisseurs alternatifs (ou des industriels gros consommateurs) sous forme de participations dans des centrales nucléaires ?
Un tel dispositif de « contrats d’allocation de production », mis en place lors du développement du parc nucléaire d’EDF :
- bénéficie encore aujourd’hui à plusieurs électriciens européens.
- permettrait des contributions externes aux investissements du Grand Carénage, et à des concurrents de disposer de la production d’origine nucléaire en France, tout en leur faisant partager les risques, et assumer les coûts de l’exploitation des centrales, ce qui n’est absolument pas le cas avec l’ARENH actuel.