Après avoir divergé le 7 juin et été raccordé au réseau le 29 juin 2018, le réacteur 1 de Taïshan est progressivement monté en puissance pour atteindre 100% de sa puissance nominale (1650MW) le 30 octobre.

Il entrera prochainement en service commercial. A 150 km au nord de Hong Kong, ce réacteur est un beau succès que personne, à part les gens du métier, ne commente et pourtant il le mérite amplement.

La belle affaire dira-t-on, c'est le 40ème réacteur chinois, certes, mais c'est aussi le 1er EPR, une technologie française, à avoir atteint ce stade.

EDF qui est à hauteur de 30 % dans la joint-venture créée conjointement avec CGN (51%) et un électricien chinois local Yuedian (19%) pour ce projet et Framatome le détenteur de la technologie et fournisseur des équipements majeurs s'en sont bien sûr félicités et ont adressé des félicitations à tous les personnels impliqués et à tous partenaires industriels impliqués.

Aucun officiel français ne s'est joint au concert des félicitations ni même, semble-t-il, n'a relevé l'évènement : c'est qu'en pleine PPE il est prudent de ne pas faire de vagues et de ne pas parler, surtout en bien, de l'EPR ! Le ministre français n'a-t-il pas rappelé que l'EPR de Flamanville n'est toujours pas mis en service et qu'on ne sait pas quand il le sera ? … certains allant même jusqu'à sous-entendre que l'on ne sait même pas s'il le sera jamais et si même la technologie fonctionne.

Et pourtant oui l'EPR est en service en Chine… et en plus il marche ! et plutôt bien. Toutes nos félicitations à ceux qui ont contribué à cette réussite.

A titre de comparaison rappelons que le dernier réacteur français a été mis en service il y a plus de 20 ans et que la Chine est à son 6ème démarrage cette année.

Ce texte est mis en ligne sur le site UARGA (site des retraités d'AREVA) www.uarga.org que nous vous invitons à consulter.